Imprimer cette page

Jeanne au cœur de "la cité"

l'Inde se préoccupe de sa démographie galopante


Le taux de fécondité décline dans les grandes villes indiennes, mais augmente toujours dans les États pauvres et ruraux. Le pays devrait devenir le plus peuplé au monde en 2022.

 

Nabila, 28 ans, s'est mariée l'an dernier. Elle vit à Bangalore et travaille dans une multinationale. Les enfants ? Elle y pense mais elle n'est pas pressée. "Le travail m'accapare tant, ce n'est pas facile", raconte cette citadine.
Désir d'indépendance, de se réaliser : les Indiennes retardent de plus en plus leur mariage et leur première grossesse, c’est ce que confirme un recensement lancé en 2011, dont les résultats viennent d'être dévoilés. Les familles nombreuses diminuent aussi. Les couples mariés n'ayant que deux enfants sont devenus majoritaires : 54 % contre 46,6 % en 2001. .

Manque d'accès aux contraceptifs

Mais s’il en est ainsi pour une majorité d'Indiens, citadins issus de la classe moyenne, l'autre partie de la population, plus pauvre et plus rurale, continue de croître. "Depuis 2011, le pays a enregistré plus de 14 millions d'habitants supplémentaires chaque année, soit au total plus de 85 millions environ", indique le professeur Sanjay Mohanty, de l'Institut International des Sciences de la Population, situé à Bombay. "L'Inde, qui compte actuellement 1,3 milliard d'habitants, devrait être plus peuplée que la Chine d'ici à 2022". poursuit-il.
Contrairement à Pékin, Delhi a fait le choix de ne pas imposer de contrôle autoritaire de la natalité. Le gouvernement s'est tout au plus engagé à fournir, d'ici 2020, un moyen de contraception aux 48 millions de femmes supplémentaires. Au regard de la récente baisse des fonds alloués à la santé et à la famille, l'objectif paraît ambitieux : 26 millions de bébés naissent chaque année, sans avoir été programmés, en raison d'un manque d'accès à des contraceptifs.
"Certains des 29 États ont pris les choses à bras le corps, comme le Tamil Nadu et le Kerala, analyse Suresh Sharma, chercheur de l'Institute de Croissance Économique de Delhi. Mais dans le nord du pays (plus pauvre), la volonté politique fait encore défaut". On compte ainsi 2,7 enfants par femme en moyenne dans le pays, mais 3 dans l’Uttar-Pradesh, l'État le plus peuplé (200 millions d'habitants), contre 1,9 au Kerala et à New Delhi. Les disparités sont également fortes entre les villes et les campagnes.
Cette mégapopulation reste un enjeu majeur pour le pays, En termes d'exploitation des ressources, de sécurité alimentaire et même sociaux. Chaque année, des millions de jeunes viennent grossir les rangs du marché du travail.

(d'après Mathilde Eslida, Ouest-France, 29 mars 2016


VIEILLEVIGNE ◄   haut ▲  ► Page suivante : Jeanne et le vaste Monde