Imprimer cette page

Revue de Presse 2008 - 2

30/01/2009

Colloque International sur le Transport organisé hier à Montaigu

La journée était à l'initiative de l'Institut Supérieur de la Logistique et du Transport. Une manifestation à laquelle participaient des professionnels venus de tout l'ouest de la France, mais aussi d'Angleterre, d'Espagne, d'Allemagne ou encore de Pologne. Au programme: le développement durable dans le secteur des transports. Il faut savoir en effet que les transports par camions coûtent de plus en plus cher, et qu'ils causent de réels problèmes de pollution. Une solution alternative à étudier : le transport ferroviaire, comme nous l'explique Gaëlle Fauchard, responsable des partenariats de l'I.S.L.T.

"La solution ne sera pas le tout train, c'est clair, c'est ce qui nous a été rappelé par nos partenaires professionnels. Mais ce sera de massifier les besoins de tous les industriels au sein d'une région, de façon à pouvoir rendre le transport ferroviaire comme une solution vraiment possible dans l'avenir.
Pour l'instant, la logique n'est pas en, termes de coûts, elle est plus en termes d'optimisation des flux, avec un moyen de transport qui soit moins polluant, donc de favoriser le train. Et l'urgence aujourd'hui ce serait que les industriels définissent conjointement la nature de leurs besoins à court et à moyen terme.
Nous espérons, lors de ce colloque, avoir contribué à cette prise de conscience, et à faire évoluer les pratiques."

(TV Vendée - Le Journal (1'02"), 30 janvier 2009)

(voir aussi : "3 questions à..." Gaëlle Fauchard, dans le n° 236 de Logistiques Magazine , p. 2 ; ainsi que le reportage : Le développement durable s'impose doucement, p. 14-15)
(voir, enfin : la synthèse finale du Colloque)

--------------------

30/01/2009

I.S.L.T. de MONTAIGU : camions plus grands, trafics en moins

Un Colloque International à Montaigu a sensibilisé, jeudi, les professionnels aux problèmes environnementaux...

Poids lourds plus grands. Camions plus grands = du trafic en moins ! "Des tests sont en cours, avec des poids lourds d'une hauteur intérieure de 2,80m contre 2,50m, affirme Pascal Legoas, directeur logistique du vendéen Arrivé. Cela permet de superposer davantage de palettes. Sur certaines liaisons, ces aménagements font baisser le trafic de 15 %." Résultat, moins de pollution et une baisse des coûts de transports

Poids lourds mieux remplis. Les semi-remorques assuraient leurs liaisons sans être pleines. "Des efforts sont faits pour améliorer le taux de remplissage." Des chefs d'entreprise acceptent d'ailleurs de "s'associer" avec d'autres entrepreneurs pour transporter ensemble leurs marchandises.


Des camions plus grands permettent de superposer davantage de palettes
de produits, et de réduire ainsi le trafic.

Entrepôts "verts". Qui dit transport dit aussi logistique. L'entrepôt de Saint-Fulgent du groupe Arrivé date de 2006. Un bâtiment dont les installations permettent "de limiter au strict minimum l'utilisation d'ammoniac ou de gaz qui produisent du froid". Il n'a "pas d'impact sur la couche d'ozone".

Normes HQE. La plupart des entrepôts de stockage ont vu le jour ces quinze dernières années et "ne sont pas en retard au niveau de la réglementation générale". Apparues après le Grenelle de l'environnement, les nouvelles normes Haute Qualité Environnementale, sur les économies d'énergie par exemple, sont censées élever encore le niveau d'exigence. Si "elles ne sont pas obligatoires", elles peuvent constituer "des arguments de communication".

(Ouest-France, 30 janvier 2009)

--------------------

26/01/2009

Colloque TRANSPORT et DÉVELOPPEMENT DURABLE

L'Institut Supérieur de la Logistique et du Transport (I.S.L.T.) de Montaigu organise un colloque international le 29 janvier prochain.

Trois questions à ...
Gaëlle Fauchard,
responsable des partenariats écoles-entreprises.

Vous organisez un colloque international sur le thème "Le développement durable en transport logistique"; Comment va-t-il se dérouler ?
Le colloque est ouvert à tous ceux qui souhaitent obtenir des réponses concrètes en matière de développement durable appliqué au transport et à la gestion d'entrepot.. Problèmes environnementaux liés au transport aérien, réseau ferroviaire devenu alternative incontournable, mise au vert des entrepots...

Est-ce que la profession est sensible aux questions écologiques ?
La profession se mobilise. Il y a une prise de conscience de la part des professionnels, compte tenu du prix du carburant, et de l'augmentation générale des postes de transport. Ils veulent former des jeunes, porteurs de nouvelles pratiques en matière de développement durable.

Quels sont les objectifs de cette journée ?
Il s'agit de monter un réseau de partenaires étrangers pour faire un état des lieux de ce qui se fait à l'international. Nos partenaires, l'université d'Huddersfield à Manchester (Angleterre), une université d'entreprise à Poznan (Pologne) et l'EAE, école de commerce basée à Madrid et Barcelone (Espagne), participeront à cette journée.

Recueilli par Christian MEAS.
Contact. ISLT de Montaigu au 02 51 48 87 00 ou sur www.actionislt.com.
Tarifs: 50 € avec repas, 125 € avec casque de traduction en sus.
(Ouest-France, 26 janvier 2009)

--------------------

22/01/2009

le "Cartable électronique" au lycée

Le "cartable électronique" que constitue l'ordinateur portable est devenu, à Jeanne-d'Arc, un compagnon de travail à l'école et à la maison. Elèves et enseignants n'y voient que des avantages. Pour les professeurs : intérêt et motivation des élèves qui, à terme, l'utiliseront en permanence dans leurs futurs métiers. Pour les élèves : possibilité d'échanger avec l'ordinateur du professeur ou d'utiliser l'Internet... Une utilisation dans les matières techniques comme dans les matières générales tel le français (où il ne fait quand même pas tout pour l'orthographe !).
Une opération passant par un engagement dans une "charte d'utilisation" entre l'élève et le lycée.


France-3 - Informations régionales (2 min 15)

--------------------

21/01/2009

Manon SOLER de JEANNE-d'Arc, lauréate des RIDEP de Carquefou

Elle remporte le concours de dessin organisé par les 10e Rencontres Internationales de DEssin de Presse, catégorie Secondes.

Sur les 33 classes participant à la journée spéciale Scolaire de ce vendredi 16 janvier, 2 venaient de Jeanne-d'Arc. Au cours de cet après-midi : rencontres avec des caricaturistes, exposition de dessins, participation à des débats avec des dessinateurs de presse venant de Chine, d'Iran, des Etats-Unis, de Russie... de France. L'occasion d'échanger avec eux sur l'exercice de leur métier : sources d'inspiration, censure et auto-censure, liberté d'expression...

Lors de la remise des prix du concours de dessin, dont le thème était, cette année, "Quels droits humains pour demain ?", celui de Manon Solers, dénonçant le trafic d'organes, a été primé :

La liste officielle des lauréats :
- catégorie CM1 CM2 : Erwan CHAMPION, école Saint-Joseph, Carquefou
- catégorie 6e : Célia LE BARS, collège Bellestre, Bouaye
- catégorie 5e : Pauline MENET, collège le Haut-Gesvres, Treillières
- catégorie 4e : Cyrielle BLIN, collège Bellestre, Bouaye
- catégorie 3e : Julie SCHUBENEL, collège François-d'Assise, le Lion-d'Angers
- catégorie 2de : Manon SOLER lycée Jeanne-d'Arc, Montaigu
- catégorie 1re : Mouhamidi BACAR BAMCOLO, lycée Michelet, Nantes
- catégorie Tle : Apolline POTTIER, lycée Sainte-Catherine, le Mans
- catégorie Arts appliqués : Léo LABATUT, Arts lycée Livet, Nantes

(d'après Presse-Océan, 21 janvier 2009)

---------------------

19/01/2009

JEANNE-d'Arc : d'anciens élèves rencontrent les lycéens

Cinq ans après, Romain Bossard, de Vieillevigne, fait partie des 120 "anciens" venus rencontrer les "actuels", au forum de ce samedi 17 janvier...

Tous les deux ans, le lycée Jeanne-d'Arc organise une rencontre entre les lycéens et d'anciens élèves. 120 ont répondu à l'invitation du lycée, ce qui représente environ 80 formations différentes. Beaucoup d'entre eux poursuivent encore leurs études, quelques-uns sont entrés dans le monde du travail.
Pour Dominique Stalter, responsable des filières bacs généraux : "Ces rencontres sont toujours riches. Entre jeunes, la discussion est plus facile, le discours est plus proche des attentes des lycéens."
Le contenu de la formation, les débouchés, le cadre scolaire, les méthodes de recrutement, autant de questions auxquelles les anciens répondent de façon concrète. "C'est aussi un plaisir de revenir dans notre lycée et de rencontrer nos anciens professeurs; je me souviens que ces rencontres m'avaient beaucoup aidée", résume Julie Bossard, étudiante en DUT gestion des entreprises.

Romain Bossard, officier élève pilote, après cinq années, a retrouvé avec plaisir son ancien lycée, en participant au forum.

(Ouest-France, 21 janvier 2009)

--------------------

16/01/2009

Un CONCERT réussi

Vendredi soir, les élèves de l'atelier instrumental du Collège Villebois-Mareuil et les élèves de l'option musique du Lycée JEANNE-d'Arc ont donné leur concert à la salle Yprésis de Saint-Hilaire-de-Loulay.

Devant un public composé essentiellement de parents, amis ou copains de collège et lycée, les 33 musiciens ont pendant deux heures alterné les genres. Blues, ska rock, reggae ont vite enflammé la salle.
Ce sont les élèves du collège qui se sont produits les premiers, puis les lycéens répartis en trois groupes ont pris la relève. Les anciens élèves de l'option musicale ont apporté la note finale à ce concert. Les professeurs, Émilie Mamoun, Anita Mangin et Vincent Pogu rappellent que "le but de ce concert gratuit, est de faire découvrir aux parents, amis et autres élèves, une musique plaisante, de les ouvrir à la culture musicale et leur montrer le travail réalisé." A entendre les applaudissements à la fin de chaque morceau, le pari est réussi.

(Ouest-France, 19 janvier 2009)

--------------------

14/01/2009

I.S.L.T. : un COLLOQUE sur le Développement Durable dans le Transport

L'Institut Supérieur de la Logistique et du Transport (ISLT) de Montaigu organise un colloque international sur le développement durable appliqué à la logistique et au transport, le 29 janvier, à Montaigu.

Les objectifs. Réunir des étudiants français et étrangers, des professionnels de l'environnement et des chefs d'entreprises autour de la thématique du développement durable en transport et logistique, c'est l'objectif de ce premier colloque international. Les entreprises doivent faire évoluer leurs pratiques quotidiennes.
Le public visé. Le colloque rassemblera des partenaires étrangers et des entreprises françaises du grand ouest œuvrant pour le développement durable dans le domaine du transport et de la logistique. Plus de 500 invitations ont été lancées. Il s'agit d'apporter des solutions concrètes aux besoins des industriels et transporteurs de la région.
Les organisateurs. Trente étudiants de 3e année en logistique de distribution de l'ISLT organisent cette rencontre. Gaëlle Fauchard, responsable du cycle 2, en est le pilote. Elle est assistée d'un comité de représentants d'entreprises (Graveleau, Kuehne Nagel, Sodebo, Antoine distribution, Fleury Michon, Système U, Sigma). Ensemble, ils ont défini les thèmes des conférences et des tables rondes. "Il s'agit de donner des réponses de professionnels aux professionnels", insistent Gaëlle Fauchard et Guillaume Antoine, étudiant responsable du colloque.
Le programme. La journée du 29 janvier sera consacrée à la formation et aux échanges. Le matin, 3 conférences sur le développement durable sont programmées et animées par des universitaires anglais et espagnol. Raphaël Domjean présentera aussi le projet de tour du monde en catamaran de Gérard d'Aboville. L'après-midi, des tables rondes aborderont d'autres sujets: le réseau ferroviaire, l'optimisation de l'informatique, la mise au vert des entrepôts...
Renseignements et inscriptions: www.actionislt.com. Tél. : 02 51 48 87 00


Audrey Piveteau, Guillaume Antoine, Sauvan Bellery, les étudiants de l'ISLT responsables du colloque
entourés du directeur Patrice Brousseau et de Gaëlle Fauchard, pilote du projet.

(Ouest-France, 14 janvier 2009)

--------------------

12/01/2009

Anthony GUILLARD champion de Vendée

Aux épreuves départementales de cross-country, à Fontenay, Anthony Guillard l'emporte en seniors hommes. Ce Loulaysien, ancien poulain au Lycée JEANNE-d'Arc de Nicolas Pavageau (lui-même ex-vice-champion de Vendée), devient donc champion de Vendée 2009.

Espoir 3e an­née, Anthony Guillard (22 ans) a dépassé tous ses aînés, excepté Kais Bouziane, le vainqueur. Le Sévrien succède ainsi à un autre jeune : Wilfried Mosta. Prudent, seulement dans les 20 premiers au départ, le protégé de Nicolas Monnier a refait son retard dans la deuxième boucle : "J'ai vu que le groupe emmené par Seb (Couton) ne partait pas." L'étudiant en 3e année à Angers est revenu. Puis, il a dépassé tout le monde... Sauf l'Algérien Kais Bouziane.

(Ouest-France, 12 janvier 2009)


---------------------

16/12/2008

16 lycéens de JEANNE-d'Arc découvrent Liverpool

Du 11 au 13 décembre, 16 élèves de seconde à vocation européenne du lycée Jeanne-d'Arc ont découvert Liverpool, capitale européenne de la culture 2008 et ville natale des Beatles. Trois jours et un programme chargé : le musée des Beatles, Saint George's Hall, fleuron de l'architecture classique, le musée de l'esclavage, World muséum avec l'exposition Only a game parrainée par Lilian Turam, Tate, une galerie d'art contemporain et un concert dans The Cavern club, le club mythique où ont débuté les Beatles.
Ce voyage a été financé en partie par le jus de pomme que les élèves ont vendu en septembre. Beaucoup de souvenirs que les lycéens veulent partager : ils vont rédiger des articles pour Graine d'Europe, un projet proposé par Ouest-France. Ils préparent aussi une soirée pour présenter leur voyage à leurs parents. Il est à parier qu'ils écouteront différemment Yesterday ou Let it be !

Les 16 élèves de seconde du lycée Jeanne-d'Arc devant le musée des Beattles, à Liverpool.

(Ouest-France, 16 décembre 2008)

--------------------

06/12/2008

Le mercredi, des élèves du Lycée, du Collège et de l'I.M.E. réunis par le sport

Sept jeunes en situation de handicap de l'Institut Médico Educatif (IME) rencontrent, tous les mercredis après-midi, une dizaine de collégiens de Villebois-Mareuil et plusieurs lycéens de Jeanne-d'Arc. Ensemble, ils partagent une activité sportive, pendant deux heures. Un cycle de cinq semaines les a initiés au maniement du bâton du diable, du diabolo, des assiettes chinoises...
Pour Simon Boisliveau, animateur de ces ateliers de jonglage, "Le sourire d'un enfant, quel que soit son handicap, quand il réussit une figure, est un rayon de soleil..." Un partenariat pour Pierre-Yves Doucet, professeur d'EPS qui se résume à "Ouvrir les collégiens sur le monde du handicap". Sonia Bouron et Sébastien Brenon accompagnent les élèves de l'IME, toutes les semaines. "Pour nos élèves, c'est un moyen de socialisation et d'intégration dans le milieu scolaire. Ils apprennent à vivre ensemble, on leur donne un autre moyen de s'exprimer, de se valoriser", expliquent-ils.

Des copains
Pour les collégiens, comme Ronan de 4e et Lionel de 3e, les échanges sont très positifs. Inès et Solenn, élèves de 6e, expliquent : "On apprend ensemble ; on aide les élèves de l'IME à faire des figures pour leur prouver qu'ils peuvent réussir et on s'amuse bien." Jordan, élève de terminale au lycée Jeanne d'Arc, justifie sa présence : "J'aime le contact avec les enfants et plus tard, je voudrais devenir éducateur spécialisé." Son copain, Kévin, élève lui aussi en terminale au lycée Jeanne-d'Arc, va plus loin : "Les élèves de l'IME sont super-attachants. Je les considère comme mes petits frères ou mes petites sœurs."
La conclusion de cette expérience pourrait revenir à Wilson, élève de l'IME : "J'ai trouvé des copains !" Des cycles de cinq séances d'équitation, de VTT, de piscine prolonge­ront ce partenariat entre élèves de l'IME, collégiens et lycéens, jusqu'à la fin de l'année scolaire.


Tous les mercredis après-midi, des activités sportives réunissent, au collège Villebois-Mareuil,
des élèves de l'IME, des collégiens et des lycéens.

(Ouest-France, 06-07 décembre 2009)

--------------------

05/12/2008

Lycée JEANNE-d'Arc : "économie locale et Europe"...

Depuis trois années scolaires, des élèves de Jeanne-d'Arc de Montaigu s'investissent dans un projet Coménius encadré par trois professeurs : Mme Kouamé, M. Morin, Mme Stalter.
Le thème général de ce projet est : "construction européenne et identité régionale". Il est abordé chaque année sous un angle différent. Ainsi, en 2008/2009, l'objectif est d'enquêter sur les relations entre le développement économique local et la construction de l'Europe, dans notre région en France, et dans celles de nos lycées-partenaires (Galice, Hollande du Nord, Hesse). Cela amène les élèves qui s'y sont engagés à se déplacer.
C'est ce que quatre d'entre eux ont fait entre le 25 et le 29 novembre : voyage à Hofgeismar (Hesse - Allemagne), rencontre avec des élèves venus des trois autres établissements partie prenante, visite d'une entreprise (A.K.G.), élaboration d'un compte rendu à présenter au retour, réalisation d'un spectacle "international" improvisé...
"Cela nous a permis de tisser des liens et de dépasser la barrière des langues."
En mai 2009 : rencontre au Helder, aux Pays-Bas, pour mettre en commun le travail et les productions réalisées et en cours de réalisation. Ce sera l'aboutissement d'un projet Coménius qu'auront mené ensemble des lycéens venant de quatre pays européens.

(Ouest-France, 5 décembre 2008)

--------------------

29/11/2008

Deux lycéennes allemandes retournent chez elles

Anne-Marie, Merle, Ragna et Inès, les quatre lycéennes qui ont profité de l'échange franco-allemand du programme Sauzay.

Merle et Ragna, deux lycéennes allemandes suivent leur scolarité, au lycée Jeanne-d'Arc, depuis le 1er septembre. C'est dans le cadre du programme Sauzay que cet échange réciproque a pu se dérouler. Leurs correspondantes françaises, Inès et Anne-Marie, ont séjourné en Allemagne, d'avril à juillet.
Après trois mois, l'heure du départ a sonné. Les lycéens de seconde et de première avec qui elles ont partagé les cours, ont tenu à leur dire au revoir, jeudi après-midi. Malgré l'émotion de la séparation, Merle et Ragna tirent un bilan très positif de leur séjour : "C'est une bonne expérience, l'accueil a été très chaleureux. Nous avons aussi visité Noirmoutier, Paris, Nantes... Suivre les cours en français n'a pas toujours été facile et les journées d'un lycéen français sont longues !" Ragna rejoindra samedi son île de Sylt et Merle, sa ville de St-Magarethen, au nord de l'Allemagne.

(Ouest-France, 29-30 novembre 2008)

--------------------

27/11/2008

Lycée JEANNE-d'Arc : une exposition sur les religions

"Les jeunes manquent de repères culturels et religieux pour appréhender le monde d'aujourd'hui" constate Patrice Brousseau, directeur du lycée Jeanne-d'Arc. Pour y remédier, le lycée a choisi comme thème d'année, le fait religieux. Comme premier temps fort de ce fil rouge, il organise une;quinzaine sur les religions et il propose une exposition ouverte au public et aux lycéens : 22 panneaux prêtés par l'Institut du Monde Arabe de Paris donnent un aperçu comparatif des trois religions monothéistes : le christianisme, le judaïsme et l'islam. Les lycéens ont aussi pu assister à trois conférences : une intervention du père Colomb, ancien missionnaire en Chine ; une conférence de Jean Nattier,.historien, sur le dialogue interreligieux ; et une table ronde animée par le prêtre Olivier Gaignet avec des représentants des religions bouddhiste, musulmane, juive et protestante.
L'influence des religions sur la peinture, la musique... sera le thème du 2e temps fort en mars.

Exposition sur les religions ouverte au public : samedi 6 décembre de 9 h à 12 h et de 14 h à 16 h, dans le hall de l'ISLT, 3 bis, boulevard Raymond-Parpaillon.

(Ouest-France, 27 novembre 2008)

--------------------

22/11/2008

Lycée et Maison de retraite collaborent pour la formation des élèves

Mickaël Duwoye, directeur du centre hospitalier, et Patrice Brousseau, directeur du lycée Jeanne-d'Arc, ont signé mardi une convention de partenariat entre le lycée professionnel et la maison de retraite Soleil de la Maine. Cette collaboration officialise les interventions des élèves de CAP assistant, technique en milieux familial et collectif (ATMFC) : pendant plusieurs semaines, les élèves auront cours à la maison de retraite, avec leur professeur et les agents concernés, le lundi midi pour le service et le mardi matin pour l'entretien du cadre de vie.
Les lycéennes peuvent ainsi se former sur site, au plus près de la réalité professionnelle. Pour Mickaël Duwoye, "c'est un partenariat intéressant, mais exigeant ; il offre aux jeunes une expérience profitable pour la suite de leurs études".
Yves Graton , cadre infirmier à la maison de retraite, ajoute : "Cette collaboration va vous aider, par la suite, à trouver un emploi dans les structures d'aide à la personne du secteur." Marie-Françoise Marchand et Françoise Brossard, les deux professeurs qui accompagnent les élèves, résument la philosophie de ce partenariat : "Travailler et former ensemble : c'est la cerise sur le gâteau, c'est un complément formidable aux stages, aux visites, et aux interventions qui existent déjà." Visite des cuisines rénovées de l'hôpital, participation aux 20 ans de la maison de retraite en février, autant d'actions qui se greffent sur une volonté commune de travailler ensemble !


Patrice Brousseau et Mickaël Duwoye ont signé une convention de partenariat
entre le lycée et la maison de retraite Soleil de la Maine devant les élèves et les professeurs.

(Ouest-France, 22-23 novembre 2008)

-------------------------

15/11/2008

l'I.S.L.T. : des étudiants proches de entreprises

Grâce à une pédagogie originale qui fait la part belle à l'action, la troisième année de l'Institut Supérieur de Logistique et du Transport (ISLT) de Montaigu (Vendée) prépare ses étudiants à des postes de gestionnaires de projets en France ou à l'international...

Dans la double page "Carrières et Formations" de Logistiques Magazine de novembre 2008, la journaliste Marie-Noëlle Frison analyse en détail les spécificités et atouts dont l'ISLT de Montaigu s'est dotés afin d'atteindre ses objectifs de formation :

  • la réactivité face aux évolutions en cours,
  • l'innovation dans la pédagogie,
  • la proximité des réalités du monde du travail,
  • l'ouverture au national comme à l'international...


75 % des étudiants décrochent un emploi dans les 15 jours qui suivent leur stage

Lire l'intégralité de l'article

-------------------------

30/10/2008

Prélude au bac pour les lycéens de Montaigu, en plongée avec Sub'Évasion

Des terminales du lycée JEANNE-d'Arc de Montaigu, en stage de plongée sous-marine à l'île d'Yeu. Objectif : la préparation de "l'option sport" du bac de juin 2009.

Baptême aux abysses
Un mardi 21 octobre des temps ordinaires par une grise journée d'automne... Pas une silhouette humaine dans ce village de La Meule. Le silence règne, seulement troublé par le cri strident des mouettes et celui de l'infini ressac... Et pourtant! Au bout de la jetée, le club Sub'Evasion, dirigé par Thierry Dutin, bat son plein, comme au plus fort de la saison estivale. Nos 18 élèves (neuf garçons et neuf filles) préparent minutieusement leur plongée sous-marine dont pour la plupart d'entre eux, c'est le baptême. Les profs d'E.P.S. accompagnateurs s'y mettent aussi : Dominique Fauchard, Christian Cogny, Sandrine Chiron, et Nicolas Pavageau, suivent avec autant d'attention les consignes de sécurité avant immersion des instructeurs îlais. Une véritable "check list" comme on la suit en matière d'aviation avant chaque décollage... Ici pas de stress ni d'appréhension malgré l'équipement impressionnant : combinaison de plongée, bouteille d'oxygène, détendeur... La bonne humeur est de mise.
Un professeur commente : "À Jeanne d'Arc, ces élèves pratiquent trois heures de sport par semaine. Le but du séjour sur l'Île d'Yeu, consiste en une découverte de la plongée durant trois jours. Dans le cadre du bac, l'épreuve consiste à adopter un comportement responsable dans la pratique d'un sport à risque, avec le respect strict des règles de sécurité. L'an passé, certains élèves avaient choisi le parapente..." Il poursuit à propos du lycée : "À Jeanne d'Arc, sur les 700 élèves du Lycée, ces 18 là étaient très motivés. Leur première plongée d'hier leur a donné des sensations inoubliables, grâce à un encadrement très professionnel..."

Les filles s'y mettent aussi
Niché en plein côte sauvage, Sub'Evasion, le club de plongée, bénéficie d'un environnement privilégié, où les fonds sous-marins sont extraordinairement clairs, même par ciel ennuagé. Rien d'étonnant donc à ce que nos ados aient été conquis dès la première immersion...Nombre de vocations sont nées dès cette première expérience...
Thierry Dutin recense au club pas moins de 200 adeptes réguliers de la plongée sous-marine. A ce chiffre, viennent se greffer, en période d'été, tous les pratiquants occasionnels tentés par les sensations fortes. Il précise : "Au fil du temps, la pratique de cette discipline s'est beaucoup féminisée. Ce sport est devenu moins "macho" qu'il ne l'était à ses débuts, cette image-là est dépassée. À présent, les filles s'y mettent et cela leur plaÎt... " Bref, on n'est plus dans les fameux films du style Octopussy...

Mais voici nos chers élèves et leurs profs tout parés de leurs uniformes de James Bond, prenant d'assaut le zodiac ! Un navire école, capable d'embarquer à son bord une bonne vingtaine de plongeurs plus l'équipage. Une véritable classe de mer prend place à bord, direction le grand bleu... Et si l'escapade insulaire valait quelques points de plus... Des points qui pourraient valoir pour le jury, quelques dollars... Le prix à payer pour décrocher le bac...

(Courrier Vendéen, 20 octobre 2008)

-------------------------

25/10/2008

Comment noter les élèves sans les décourager ?

"Les enseignants se sentent obligés, inconsciemment, de mettre une certaine proportion de mauvaises notes pour être crédibles."

André Antibi dénonce "cette constante macabre". Professeur d'université à Toulouse et chercheur en sciences de l'éducation, il se bat contre le dysfonctionnement de l'évaluation notée qui provoque découragement et perte de confiance en soi pour les élèves.
Mercredi matin, dans l'amphithéâtre de l'ISLT, il a présenté ses travaux à l'ensemble du personnel éducatif des établissements privés : les écoles primaires du secteur, le collège Villebois-Mareuil, le lycée Jeanne-d'Arc, soit 250 instituteurs et professeurs. Un constat et un système de notation qu'André Antibi veut faire évoluer en proposant une évaluation par contrat de confiance qui encourage l'élève à travailler. Cette conférence pédagogique où se mêlaient humour et provocation, a suscité l'adhésion des enseignants et elle se poursuivra par une réflexion au sein de chaque établissement.

André Antibi développe ses analyses dans deux livres : La constante macabre et Les notes : la fin du cauchemar, chez Math'Adore.

(Ouest-France, 25 octobre 2008)

-------------------------

14/10/2008

Des ordinateurs pour étudier partout

À la rentrée, le lycée JEANNE-d'Arc, l'ISLT et l'ADEFI de Montaigu ont confié des ordinateurs portables à 60 élèves. Premier bilan, après un mois d'utilisation.

Depuis la rentrée, ils peuvent potasser leurs cours n'importe où. À la maison, sur le canapé, le lit de la chambre ou dans la cuisine. Soixante étudiants du pôle d'enseignement et de formation e3 de Montaigu (qui regroupe le lycée Jeanne-d'Arc, l'Institut Supérieur de la Logistique et du Transport et le centre de formation continue ADEFI), ont été équipés, début septembre, d'un ordinateur portable. 25 appareils pour les secondes bac pro tertiaire, 35 autres pour les élèves de l'enseignement supérieur.
Premières impressions : l'ordinateur portable, "c'est vraiment très pratique", dit Yohan, en BTS transport. "On peut travailler chez soi. Et aussi entre les cours. À chaque étage de l'établissement, il y a des bornes wi-fi. On a gagné en réactivité." En classe, les élèves tapent directement leurs cours sur l'ordinateur. Le soir, ils échangent des mails avec leurs professeurs, pour obtenir des explications sur une leçon. Son camarade, Tony, acquiesce. Grâce aux courriels, "je converse beaucoup plus avec les autres élèves. On travaille en équipe".

"Éviter la fracture numérique"
Mettre à disposition des ordinateurs portables, c'est "éviter la fracture numérique", rappelle Dominique Fauchard, responsable dans l'enseignement supérieur. "Des élèves en possèdent, d'autres non. Il y avait un manque d'équité." Mais surtout, l'utilisation de ces appareils est devenue indispensable en milieu professionnel : "L'enseignement se doit d'évoluer, pour répondre aux demandes des entreprises."
Cette remarque est encore plus vraie pour certaines filières. Yvonnick Hervouet, professeur de compta-gestion, se sert, durant ses cours, de logiciels de comptabilité,. de gestion commerciale ou de paie. "On y va étape par étape", souligne-t-il. Car toutes les matières, à terme, seront concernées.
Caroline et Stéphanie, en seconde bac pro tertiaire, expliquent, par exemple, qu'en cours de français, elles écrivent déjà "les rédactions sur ordinateur". En mathématiques, "des devoirs, tels que des tracés de courbe ou des questions à choix multiples"", peuvent également être installés sur le portable. affirme Marie-Ciaude Ouvrard, professeur. Tous les documents sont partagés sur une plate-forme dite d'e-Iearning (apprentissage en ligne). facilement accessible par les étudiants. Nicole Leveiller, assistante de direction, se réjouit de cette "grande souplesse pédagogique". Le but, résume Yvonnick Hervouet, est "d'aller vers une utilisation massive et naturelle de l'ordinateur".


Avec leurs ordinateurs portables. Caroline et Stéphanie, en seconde bac pro tertiaire,
et Tony et Yohan, en BTS transport, peuvent étudier en dehors des cours.

(Ouest-France, 14 octobre 2008)

--------------------

30/09/2009

Journée européenne au lycée JEANNE-d'Arc

Vendredi, c'était la journée européenne des langues au lycée Jeanne-d'Arc. Depuis le début de la semaine, les drapeaux européens flottent dans la cour du lycée et l'Hymne à la joie de Beethoven rythme le début et la fin des cours. Plusieurs temps forts ont été aménagés pour célébrer cette journée du 26 septembre. 68 élèves ont pu s'initier, pendant une heure, à dif­férentes langues : l'italien, le portugais, le polonais, le libanais, le bosniaque, et le baoulé, un dialecte de la Côte d'Ivoire.

Un jeu initié par les élèves des classes à vocation européenne a permis de découvrir des expressions courantes des différentes langues de l'Union. D'autres ont pu regarder des dessins animés en langues étrangères. Le midi, tous ont pu apprécier la gastronomie espagnole : paella et sangria (non alcoolisée) préparées par les élèves du lycée professionnel, étaient au menu du self...

(Ouest-France, 30 septembre 2008)

-------------------------


Bac 2008
futurs reçus après l'épreuve de philo
(Ouest-France, 17 juin 2008)

 

- Début de la Revue de Presse -