Imprimer cette page

Château de Montaigu et toponymie

Art, Patrimoine et Environnement | Urbanisme et Développement | Démographie de Montaigu | Histoire et Citoyenneté | Notables et Notabilités | Montaigu à travers livres et revues


Cette page propose un "parcours toponymique" des noms des diverses parties du Château de Montaigu.

Les renseignements sur le passé du Château de Montaigu sont peu nombreux. La plus ancienne description que nous en ayons est un "procès-verbal de visite" du 21 novembre 1586, et c'était pour en confirmer le démantèlement qui venait de se terminer le mois de septembre précédent. Aucune fouille n'y a eu lieu, et les observations, peu rigoureuses, de l'érudit local Charles Dugast-Matifeux, dans le troisième quart du XIXe siècle, n'ont été accompagnées d'aucun relevé.

La date de fondation du Château est donc incertaine. Cependant, sa structure générale avec sa haute cour et sa basse cour, son donjon, la protection des plans d'eau formés par les chaussées sur la Maine et sur l'Asson, les importantes "Douves intérieures" le séparant de la Ville, remonte probablement à sa première famille seigneuriale qui le détint du milieu du XIe siècle au milieu du XIIIe siècle.

Après 1241, les successeurs des "Montaigu" furent les "Belleville", puis les "Harpedanne", les "La Trémoille", les "La Lande de Machecoul", les "de Crux" et, enfin, les "Juigné" au moment de la Révolution. En 1473, Louis XI l'acquit momentanément dans la perspective d'en finir avec l'indépendance de la Bretagne.

Durant les différentes guerres de Religion, le Château (et la ville) fut un enjeu majeur entre protestants et catholiques: il changea huit fois de mains entre 1563 et 1588. En 1580 à la paix du Fleix, pour mettre fin à la menace qu'il constituait pour eux, les Nantais obtinrent qu'il fût démantelé, ce qu'ils réalisèrent en 1586.

Pendant la Révolution, les bâtiments qu'il abritait servirent de casernement aux troupes de Kléber chargées, par le gouvernement révolutionnaire, de pratiquer la politique de répression dans la région. De mai 1800 à janvier 1809, son logis hébergea la sous-préfecture de Montaigu.

En 1843, il fut acquis pour la ville de Montaigu, par le maire Armand Trastour. Dans les années qui suivirent, ce dernier fit raser l'essentiel des constructions anciennes qui y subsistaient et y fit construire un "hôtel de ville".

Pour connaître en quelques lignes les noms des diverses parties du Château de Montaigu : cliquer sur les noms de la liste ci-contre, ou cliquer sur les carrés bleus sur la carte.

 

( © GEOPORTAIL )

Pour effectuer un autre "parcours toponymique" :

- "Montaigu ville forte",
- "Notabilités montacutaines",
- "le Château de Montaigu",
- "les Moulins de Montaigu",
- "le Faubourg Saint Jacques",
- "le Faubourg Saint-Nicolas",
- "Montaigu dans la Révolution",
- "les Monuments religieux de Montaigu",
- "les Rues et places de la Vieille Ville"...

Pour accéder à l'ensemble des 218 fiches de noms de lieux de Montaigu :

Patrimoine toponymique de Montaigu


MONTAIGU ◄   haut ▲  ► Page suivante : Montaigu, ville forte, et toponymie