Imprimer cette page

Faubourg Saint-Jaques et toponymie

Art, Patrimoine et Environnement | Urbanisme et Développement | Démographie de Montaigu | Histoire et Citoyenneté | Notables et Notabilités | Montaigu à travers livres et revues


Cette page propose un "parcours toponymique" sur les noms de lieux du faubourg Saint-Jacques de Montaigu.

Situé au sud de Montaigu, sur la route qui pouvait conduire autrefois les pèlerins vers Compostelle, le faubourg Saint-Jacques à la réputation de pouvoir se prévaloir d'une ancienneté plus grande encore que celle de la Vieille Ville ou même du Château. Des trouvailles archéologiques (poids de tisserands, tuiles et poteries), qui n'ont pas été conservées, prouveraient une occupation humaine dès avant le haut Moyen Age et certains pensent même qu'un site néolithique pourrait exister à la Pierrière...

Le faubourg et la paroisse Saint-Jacques correspondaient à peu près, cette dernière incluant en plus le Château. L'existence du Pont Neuf, du moulin de l'Égault et de l'Aumônerie-Hôpital, est déjà attestée en 1174 par une charte de fondations de ce dernier. Jusque vers 1800, les villages et terres de la Caillauderie et de la Crépelière faisaient partie de la Guyonnière, comme en témoignent les registres paroissiaux.

A la veille de la Révolution, le faubourg Saint-Jacques était habité par une population très modeste, exerçant certains métiers qui avaient été exclus de la ville intra-muros en raison de leur insalubrité, telles les boucheries et les tanneries. La population de la paroisse peut y être estimée alors à un peu plus d'un quart de l'ensemble de celle de Montaigu, soit à environ 500 habitants. En 1790, sous le motif de santé publique, le cimetière Saint-Jacques devint le seul cimetière de Montaigu.

Tous les documents (minutes notariales, procès-verbaux d'estimation de biens, visites pour adjudication...) se rapportant au faubourg Saint-Jacques et ses lieux proches (l'Égaut, le Pont-Neuf, l'Anglais, la Crépelière, les moulins à vent voisins) au sortir de la Révolution montrent, que tout y a été incendié, à l'exception de l'hôpital et de la Caillauderie. Ce que dans ses Mémoires, Kléber confirme avoir fait en octobre 1793. Vingt ans plus tard, en 1814, les constructions disparues mises à part, plus de 50% des bâtiments ont été relevés.

Dans le siècle et demi qui suivit, le quartier de Saint-Jacques cultiva une réputation de population frondeuse, un peu à part de la "ville" de Montaigu.

Pour connaître en quelques lignes sur les noms de lieux du faubourg Saint-Jacques : cliquer sur les noms de la liste ci-contre, ou cliquer sur les carrés bleus sur la carte.

 

( : fiche toponymique - © GEOPORTAIL )

Pour effectuer un autre "parcours toponymique" :

- "Montaigu ville forte",
- "Notabilités montacutaines",
- "le Château de Montaigu",
- "les Moulins de Montaigu",
- "le Faubourg Saint Jacques",
- "le Faubourg Saint-Nicolas",
- "Montaigu dans la Révolution",
- "les Monuments religieux de Montaigu",
- "les Rues et places de la Vieille Ville"...

Pour accéder à l'ensemble des 218 fiches de noms de lieux de Montaigu :

Patrimoine toponymique de Montaigu