Imprimer cette page

Faubourg Saint-Nicolas et toponymie

Art, Patrimoine et Environnement | Urbanisme et Développement | Démographie de Montaigu | Histoire et Citoyenneté | Notables et Notabilités | Montaigu à travers livres et revues


Cette page propose un "parcours toponymique" sur les noms de lieux du faubourg Saint-Nicolas de Montaigu.

Sur la rive gauche de la Maine, le faubourg Saint-Nicolas était le plus petit des deux faubourgs de Montaigu. Son ancienneté est probablement aussi grande que celle de la Vieille Ville, la charte de fondations de l'Aumônerie de 1174 évoquant "les moulins attenant le pont Saint-Nicolas".

Etant situé en dehors de l'abri des murailles, il était vulnérable à toutes les attaques pendant les périodes d'insécurité. Ainsi fut-il saccagé par les protestants durant les guerres de Religion, et son église fut incendiée en 1568.

Avant 1789, le faubourg se confondait avec la paroisse Saint-Nicolas. Il était habité par une population pauvre, voire misérable, ainsi que le montre encore, en 2012, la modestie de certaines maisons de la rue de Vieillevigne. A la veille de la Révolution, il pouvait compter 150 habitants, au plus. En 1726, venant de Saint-Hilaire-de-Loulay, lui avait été ajouté Saint-Lazare, avec sa chapelle et "l'arbre à l'assassin" voisin, des endroits mal famés où se pratiquait la contrebande. La Gaudine, venant de Boufféré, ne lui fut adjointe que vers 1800, ce n'était alors plus que des ruines. En effet, à la fin 1793, tous ses lieux avaient été incendiés par les troupes révolutionnaires de Kléber, au point qu'il n'y restait plus que trois ou quatre maisons habitables. Mais vingt ans plus tard, en 1814, les bâtiments disparus mis à part, près de la moitié de ceux-ci avaient été relevés.

Au début du XIXe siècle, la construction de la nouvelle route vers la Roche-sur-Yon (en 1811), puis de la nouvelle route vers Saint-Jean-de-Monts (dans les années suivant 1833), dédoubla l'axe du faubourg, constitué jusqu'alors par "le chemin de Vieillevigne".

En 1979, le pont médiéval fut détruit pour être remplacé par un tablier en béton, tandis qu'une rocade passant par la zone industrielle nord de Montaigu permettait de dévier la circulation. Dans les années 1990, le paysage rural fut détruit grâce au lotissement des terres qui, le long de la Maine et au-delà de la voie ferrée, avaient été jusqu'alors préservées de l'urbanisation.

 

 

Pour connaître en quelques lignes sur les noms de lieux du faubourg Saint-Nicolas : cliquer sur les noms de la liste ci-contre, ou cliquer sur les carrés bleus sur la carte.

 

( : fiche toponymique - © GEOPORTAIL )

Pour effectuer un autre "parcours toponymique" :

- "Montaigu ville forte",
- "Notabilités montacutaines",
- "le Château de Montaigu",
- "les Moulins de Montaigu",
- "le Faubourg Saint Jacques",
- "le Faubourg Saint-Nicolas",
- "Montaigu dans la Révolution",
- "les Monuments religieux de Montaigu",
- "les Rues et places de la Vieille Ville"...

Pour accéder à l'ensemble des 218 fiches de noms de lieux de Montaigu :

Patrimoine toponymique de Montaigu