Imprimer cette page

GÉTIGNÉ

 

 

 

GÉTIGNÉ en 1900

Créée 30 ans plus tôt, la carte postale devient photographique vers 1900. Pendant 15 ans elle connaît un "âge d'or", s'illustrant des scènes typiques et des petits moments de la vie locale...
Gétigné, en 1900, en 24 cartes postales :

Image rotator
(cartes postales : origines diverses)

GÉTIGNÉ - population de 1791 à 2010

En 1962, la définition de la population d'une commune ayant été modifiée, le nombre retenu dans le tableau (1946 hab.) correspond à la nouvelle définition utilisée jusqu'à aujourd'hui. Suivant la définition antérieure, Gétigné aurait compté 1917 habitants en 1962.

 

1791

1796

1801

1806

1816

1821

1826

1831

1836

1841

1846

1851

 

2087

1190

1190

1561

 

1673

1765

1889

1765

1824

2354

2382

1856

1861

1866

1872

1876

1881

1886

1891

1896

1901

1906

1911

1921

2478

2527

2369

2195

2244

2191

2225

2195

2224

2225

2191

2155

1912

1926

1931

1936

1946

1954

1962

1968

1975

1982

1990

1999

2010

2016

1852

1765

1652

1678

1889

1946

2007

2274

2749

2912

3076

3397

3621

 

GÉTIGNÉ : l'utilisation des terres en 1851

En 1851, Charles de Tollenare, agent voyer en chef de la Loire-inférieure, publie au 1 / 40 000e des cartes du département réalisées à partir des états de sections et plans cadastraux communaux. Les voici avec la représentation des chemins, de l'hydrographie (en bleu), des terres cultivées (en beige), des prés (en vert clair), des vignes (en violet), des bois (en vert sombre) et, à partir du tableau d'assemblage cadastral, la localisation schématique des bâtiments et des jardins (en rose). Les cartes originales ne sont pas colorisées.
Pour Gétigné, cette carte reprend les plans cadastraux de 1809, et y surajoute les "routes stratégiques" n° 1 de Nantes à Poitiers et n° 28 de Clisson à Beaupreau et l'aménagement du secteur de la Garenne (-Lemot).


( cliquer sur l'image pour l'agrandir et de nouveau pour obtenir sa taille originale )

Un Village gaulois à GÉTIGNÉ

Les particularités du site de Notre-Dame de Toutes-Joies, constituant un éperon entre la Sèvre et la Moine, pouvaient laisser présager une occupation humaine ancienne. Déjà, des vestiges gallo-romains avaient été découverts lors de la construction de la rocade Clisson-Gétigné. Entre janvier et avril 2011, une équipe de l'INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) a été amenée à effectuer une campagne de fouilles sur l'emplacement de la Zone d'Aménagement Concertée qui y est destinée à l'implantation d'activités commerciales et tertiaires.
Ces fouilles ont mis au jour les restes d'un village gaulois pouvant être daté entre 400 et 100 avant Jésus-Christ. Il comptait une vingtaine de bâtiments et devait abriter près de 400 habitants, selon les archéologues.


pour plus de détails, voir le reportage de la Télévision des 3 provinces
" Un village gaulois à Gétigné " (5' 38")

GÉTIGNÉ - bibliographie

(voir aussi la bibliographie sur "pays de Montaigu et Marches de Vendée et de Bretagne" ; pour la Garenne-Lemot : voir la bibliographie sur Clisson)

- Allard (abbé), La chapelle Notre-Dame-de-Toutes-Joies, Nantes, 1861.

- Béranger (A.), Société et manufactures dans la vallée de la Sèvre nantaise durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise d'histoire, Université de Nantes, 1979, 355 p.

- Girard (François), Monographie de Gétigné ou Gétigné à travers les siècles, Nantes, 1934, 250 p.

- Le Guyader (Joseph), Gétigné, ma petite patrie, impr. La Brennoix, Morez, 1993.

- Menoret (Charles), "Gétigné pendant la période révolutionnaire", Revue du Souvenir vendéen, n°119, 1977, p. 9-14.

- Moulin (Monique), Le domaine romantique d'un sculpteur néoclassique, Lussaud, Fontenay-le-Comte, 1967.

- Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, t. 1, Le Flohic Éditions, 1999, p. 306-311.

- http://cesarigd.club.fr/parcsafabriques/lemot/lemot1.htm


CUGAND ◄   haut ▲  ► Page suivante : GORGES