Imprimer cette page

MOLIERE

...l'âme de la Comédie-Française

(rappel) Jean-Baptiste Poquelin dit Molière, nait à Paris en 1622, et y meurt en 1673. En 1643, avec les Béjart, il crée l'Illustre Théâtre dont l'existence sera difficile. Désormais il ne vivra plus que pour le théâtre. Pendant quinze ans il parcourt la France. En 1658 il joue une de ses comédies devant Louis XIV et obtient un vif succès.C'est le début de la gloire. Etroitement attaché à la cour de Versailles, il y multiplie les représentations et est au cœur des fêtes qui s'y donnent, tels les Plaisirs de l'Ile enchantée, en 1664. Moraliste, il veut que son œuvre serve au bonheur des hommes, et il combat avec force les faux dévots, les faux savants, les gens qui étalent un amour feint pour les choses de l'esprit et pour les beaux sentiments. Il meurt après la 4e représentation du Malade imaginaire.
Sa troupe sera en 1680 à l'origine de
la Comédie-Française.

Autour de "DOM JUAN" :

  • Dom Juan de MOLIÈRE (1665), par Marcel Bluwal (1965) :
    - acte I, scène 1 (10' 00"),
    - acte I, scènes 1 à 2 (10' 00"),
    - acte I, scène 2 à acte II, scène 1 (10' 00"),
    - acte II, scènes 1 à 3 (10' 00"),
    - acte II, scène 4 à acte III, scène 1 (10' 00"),
    - acte III, scènes 1 à 4 (10' 00"),
    - acte III, scène 4 à acte IV, scène 2 (10' 00"),
    - acte IV, scènes 2 à 6 (10' 00"),
    - acte IV, scène 6 à acte V, scène 1 (10' 00"),
    - acte V, scènes 1 à 4 (10' 00"),
    - acte V, scènes 5 à 7 (6' 03").
  • le Trompeur de Séville, de Tirso de MOLINA (1630), 76 p.
  • le Convive de pierre, de Giacinta Andrea CICOGNINI (1640), en italien, 54 p.
  • le Convive de pierre, de Dominique BIANCOLELLI (1658), canevas.
  • le Festin de pierre ou le Fils criminel, de Nicolas DORIMON (1659), 109 p.
  • le Festin de pierre ou le Fils criminel, de Jean VILLIERS (1660), 114 p.
  • le Libertin, de Thomas SHADWELL (1676), en anglais, 98 p.
  • le Festin de pierre, de Thomas CORNEILLE (1677), 124 p.
  • Don Juan, de Laurent da PONTE (1787), bilingue, 95 p.
  • Don Juan (pp. 222-241), conte d'E.T.A. HOFFMANN (1814).
  • Don Juan, de George G. BYRON (1821), en anglais, 519 p.
  • Une matinée de Don Juan, d'Alfred de MUSSET (1833), 10 p.
  • les Ames du purgatoire, de Prosper MÉRIMÉE (1834), 70 p.
  • Don Juan Tenorio, de Joseph ZORILLA (1844), 225 p.
  • le Plus bel amour de Don Juan, de Jules BARBEY d'AUREVILLY (1867), 32 p.
  • la Dernière nuit de Don Juan, d'Edmond ROSTAND (1911), 140 p.

Autour de "GEORGE DANDIN" :

  • mis en scène par Anne-Marie Lazarini (2005) :
    - le Quiproquo (3' 14", acte I, scène 2),
    - Angélique se rebiffe (3' 06", acte II, scènes 2 à 4),
    Tel est pris qui croyait prendre (4' 12", acte III, scènes 8 à 11),
    - interview de Anne-Marie Lazarini (metteur en scène, 8' 52"),
    - interview de Philippe Lebas (George Dandin, 7' 02"),
    - interview de Christine Brücher (Angélique, 3'45).

Bibliothèque Mh-Oz ◄   haut ▲  ► Page suivante : Bibliothèque Pa-Pz