Imprimer cette page

Moulins de Montaigu et toponymie

Art, Patrimoine et Environnement | Urbanisme et Développement | Démographie de Montaigu | Histoire et Citoyenneté | Notables et Notabilités | Montaigu à travers livres et revues


Cette page propose un "parcours toponymique" autour des moulins ayant existé à un moment ou à un autre sur Montaigu.

Sur les 303 hectares du territoire communal de Montaigu en 2012, on retrouve les restes ou le souvenir de 16 à 18 moulins: 11 moulins à vent et entre 5 et 7 moulins à eau.

Les moulins à eau sont ceux dont les traces sont les plus anciennes. L'une des chartes de fondations de l'Aumônerie-Hôpital de Montaigu atteste déjà de l'existence d'un "Moulin de l'Égault" et de(s) "Moulin(s) de Saint-Nicolas" en 1150. Lors de la Révolution, le premier fut incendié et le second saccagé par les troupes républicaines. En aval, le tracé primitif de la chaussée du "Moulin Gros" suggère un site bipolaire: le moulin de la rive gauche était certainement accompagné d'un autre moulin, plus ancien, sur la rive droite.

Sur les ruisseaux de l'Asson et de Riaillé, à proximité de leur confluence de la Maine, ont existé deux petits moulins à eau. Des restes de celui sur l'Asson existent encore en 2012. Ceux, plus importants, qui se voyaient sur le Riaillé ont été détruits vers 2010 afin de redresser le sentier piétonnier voisin. Le faible débit de ces deux ruisseaux ne devait leur permettre de fonctionner que quelques mois par an. Ils n'existaient plus en 1814.

Tous les moulins à vent de Montaigu ont aujourd'hui disparu. Il est possible qu'il en ait existé d'autres que ceux dont on a gardé le souvenir. Souvent, ces moulins à vent portaient le nom de leur propriétaire.

Les cinq moulins à vent situés près faubourg Saint-Jacques ont été détruits entre 1920 et 1970. A l'automne 1793, comme le moulin à eau voisin de l'Égault, ils furent incendiés par les troupes de Kléber. Ce fut aussi le cas du moulin du Haut-Bois qui disparut alors. A la même époque, les deux "Moulins Nantais", situés près de la route de Nantes, furent saccagés; remis en état ils furent rejoints par deux autres moulins, vers 1850.

Souvent, pour pallier les faibles eaux de la Maine en été, le même meunier possédait un moulin à eau et un, ou plusieurs, moulin à vent.

En 1914, la mobilisation, en les privant de leur main d'œuvre, accéléra la fin de ces moulins. Certaines des familles de meuniers s'installèrent ensuite dans la boulangerie. Le moulin de l'Égault fut le seul à connaître une reconversion industrielle, dans la minoterie.

Pour connaître en quelques lignes les moulins évoqués par la toponymie de Montaigu : cliquer sur les noms de la liste ci-contre, ou cliquer sur les carrés bleus sur la carte.

 

( : fiche toponymique - © GEOPORTAIL )

Pour effectuer un autre "parcours toponymique" :

- "Montaigu ville forte",
- "Notabilités montacutaines",
- "le Château de Montaigu",
- "les Moulins de Montaigu",
- "le Faubourg Saint Jacques",
- "le Faubourg Saint-Nicolas",
- "Montaigu dans la Révolution",
- "les Monuments religieux de Montaigu",
- "les Rues et places de la Vieille Ville"...

Pour accéder à l'ensemble des 218 fiches de noms de lieux de Montaigu :

Patrimoine toponymique de Montaigu


MONTAIGU ◄   haut ▲  ► Page suivante : Château de Montaigu et toponymie