Imprimer cette page

Outils et Méthodologies pour les Etudes


Échanger des idées, proposer des ressources, partager des expériences, chercher et trouver, s'informer, mutualiser les compétences... voici le but de ces pages "Références et savoir-faire".

La réussite dans les études demande de savoir maîtriser toute une série d'outils et de méthodologies. Des formations complétant les acquis en lycée sont proposées parfois par des établissements d'enseignement supérieur et certaines sont mises en ligne par de nombreuses universités ou organismes gouvernementaux canadiens et québecois.


les Bonnes habitudes des étudiants qui réussissent

L'objectif du lycée est non seulement d'avoir le bac (avec le meilleur niveau possible) mais aussi de préparer aux études qui suivront : BTS, IUT, grandes écoles... mais encore l'université qui, comme chacun sait, offre "à boire et à manger", c'est-à-dire le meilleur, mais conduisent aussi dans des cursus coupés de toute réalité pratique et ne menant qu'à des impasses.
Béatrice Girard, dans Challenges, proposait quelques "bonnes habitudes" éprouvées pour mener un parcours sans embûches, bonnes habitudes (2 p. 16 ko) que le futur étudiant se doit d'avoir en ligne de mire dès son année de terminale :
          • prendre les devants 
          • devenir vite autonome 
          • dompter sa liberté 
          • sortir de sa coquille 
          • savoir se faire aider 
          • 
créer son réseau et voir loin...

-------------------------


- EXPRESSION ORALE -

 la Prononciation et les Mots justes

Il y a beaucoup à dire sur la pratique de la langue française, par exemple sur le respect des conventions orthographiques dont la complexité peu ordinaire entre peut-être en jeu pour expliquer sa régression au niveau mondial...
Et quant à la justesse de sa prononciation !... Voici
un vade-mecum pour éviter erreurs de prononciation, maladresses, inexactitudes, écarts, incorrections, impropriétés... dans son utilisation orale, proposé par Jacques Rozenblum de Radio France Internationale. (21 p. 240 ko)

Niveaux de langue

16 mots de base du patois "chébran", avec leur sens et quelques exemples d'utilisation suivis de leur traduction en langage snob ultra-traditionnel.
          - le Chébran, niveau de langue minimaliste (2 p. 13 ko)

-------------------------


- EXPRESSION ÉCRITE -

 Compositions, Dissertations, Rédactions

Ces différentes appellations recouvrent des exercices assez voisins que doivent rédiger - en général en temps limité - les élèves de lycées et les étudiants de l'enseignement supérieur en lettres, en droit, en philosophie, en histoire... Autant dire que la maîtrise de ce genre d'exercice est un passage obligé pour tout étudiant.
Comprendre et définir le sujet, en analyser les termes, dégager une problématique... Mobiliser ses connaissance, les classer et organiser suivant un plan démonstratif, les hiérachiser, les illustrer... Construire une introduction, rédiger un développement logique, composer une conclusion aboutissement du développement et réponse à la problématique... voilà tout ce qui est demandé pour obtenir une composition-dissertation-rédaction réussie.
La fiche méthodologique jointe
(6 p. 576 ko), porte sur la réalisation d'une composition d'histoire ou d'une composition de géographie  en fin de lycée. Elle peut être aisément transposée dans d'autres matières.

-------------------------
 

- TECHNIQUES de TRAVAIL -

le TRAVAIL en ÉQUIPE

Travailler en groupe, c'est profitable, mais à condition que ce soit efficace.

"QUI EST RESPONSABLE ?"
Cette activité a pour but de :
      - définir le rôle d'un animateur de réunion
      - connaître les trois types de leadership (permissif, autocratique, démocratique).
Avant d'examiner la fiche pour l'organisation du déroulement de cette activité, lire cette triste (et peu morale) histoire qui s'est déroulée il y a quelques années au Québec et que Maud Arenne nous a racontée, en son temps, dans la Tentation du croque-mort...

Une femme est à la maison ; son mari est parti depuis quelques jours car il est trop pris par son travail, comme ça lui arrive souvent. Il est représentant de commerce. La femme décide donc de sortir ce soir dans un endroit public pour se changer les idées.
Dans une discothèque, elle fait la rencontre d'un séducteur... qui la séduit. Après la soirée, la femme accompagne le séducteur chez lui, de l'autre côté de la rivière.
Elle passe la nuit chez lui. Tôt le lendemain matin, elle désire retourner chez elle avant que son mari ne revienne. Mais elle est arrêtée par un fou qui est sur le pont et qui menace de la tuer avec son couteau. La femme ne prend aucun risque et va voir le passeur pour lui demander de la faire traverser en bateau de l'autre côté de la rivière. Il refuse car elle n'a pas d'argent. Elle lui explique la situation : qu'il y a un fou qui veut la tuer. Le passeur ne la croit pas et répond qu'il ne peut la faire passer sans argent, puisque c'est son travail, et ce, même si elle lui laissait sa montre en gage.
Elle va revoir le séducteur pour avoir de l'argent, mais il ne veut rien faire pour elle et lui ferme la porte au nez.
Elle tente de nouveau de passer par le pont, mais le fou la menace encore.
Désespérée, elle va trouver, un peu plus loin, un ami sincère qui est amoureux d'elle depuis fort longtemps. Elle lui explique la situation. L'ami l'écoute attentivement, mais lui annonce par la suite qu'il est profondément déçu de la voir agir ainsi avec le séducteur et déclare qu'il ne peut rien pour elle.
Découragée, elle tente malgré tout de traverser le pont, mais le fou la tue...

Classer maintenant les personnages suivants par ordre de responsabilité à l'égard du meurtre (du plus responsable au moins responsable) :
        l'ami sincère / la femme / le fou / le mari / le passeur / le séducteur

Pour l'organisation de l'activité et ses conclusions, voir :
      - la fiche du déroulement de l'activité
      - la liste des caractéristiques d'un groupe efficace

 les Enquêtes par Sondages 

Les enquêtes par sondages sont utilisées tant dans le domaine professionnel que dans le domaine universitaire. Elles permettent d'étudier une population sans avoir à en traiter tous les éléments. On ne prend alors en compte qu'un échantillon sélectionné et représentatif de cette population. Ces enquêtes, soit utilisées par chercheurs, soit commanditées par des entreprises ou des organismes, ne s'improvisent pas. Pour obtenir des résultats satisfaisants elles doivent être conduites rigoureusement et passer par les étapes suivantes (fiche méthodologique, 2 p. 76 ko) :
           la définition du sujet de l'enquête 
           la détermination de la "population" enquêtée 
           le choix de l'échantillon sondé 
           la conception du questionnaire 
           le testage du questionnaire  
           les recueil, traitement et interprétation des données recueillies 
           la restitution des résultats de l'enquête
.

 Savoir "photographier utile"

Les rapports de stages, mémoires, exposés, dossiers d'étude... demandent à être illustrés, en particulier par des photos, que ce soit à des fins d'explication ou que ce soit pour capter l'attention des destinataires. Cette question ne devrait plus être un problème avec la photo numérique... à condition de savoir anticiper sur ce dont on aura besoin, et de prendre un minimum de soin lors de la prise de vue. Voici une fiche méthodologique proposant quelques bases à prendre en compte pour avoir des photos utilisables (1 p. 70 ko).

-------------------------


- EXPRESSION, TRAVAUX, ETUDES, et MEMOIRES ECRITS -

 le Traitement de texte pour la Recherche

Notre ami Joseph Rézeau (Rennes-2), propose une initiation à l'utilisation avancée d'un traitement de texte, dans la perspective de la rédaction d'un article de recherche, d'un mémoire ou d'une thèse dans le domaine des Lettres et Sciences Humaines, et plus particulièrement dans le domaine des Langues. Il y aborde : formats de base et feuilles de styles / citations / notes de bas de pages et index / signets et renvois / traductions automatiques / bibliographies / tables de matières et d'illustrations (52 p. 3,5 Mo) :

 Droits d'auteur d'œuvres littéraires et artistiques

La base de la protection des œuvres littéraires et artistiques est la Convention de Berne de 1886, périodiquement mise à jour, et gérée depuis 1974 par l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), institution spécialisée de l'Organisation des Nations Unies. A l'exception d'une vingtaine d'États, elle réunit tous les pays (la Chine l'a rejointe en 1992). Cependant, dans le cadre des règles de cette convention, les législations des pays membres disposent d'une certaine latitude d'adaptation. Ainsi, pour le Canada et le Québec, une œuvre devient libre de droit 50 ans après la mort de son auteur, alors que pour la France (et les autres pays de l'Union européenne) cette durée est de 70 ans, prolongée de 30 ans pour les auteurs (tel Saint-Exupéry) "morts pour la France".
Fait actuellement débat le droit d'exploiter des "œuvres orphelines", c'est-à-dire des œuvres qui ne sont pas encore dans le domaine public, mais dont les auteurs ont disparu et dont on ne retrouve pas d'héritiers ou d'ayant-droit.
(
extraits des textes législatifs régissant les droits d'auteurs en France et texte de la Convention de Berne, 84 ko, 3 p.)

 Multimédia et Droits d'auteur dans l'Enseignement supérieur

Dans le cadre des études (que l'on soit étudiant ou enseignant) se pose les problèmes de doits d'auteurs, de propriété intellectuelle, de contrat d'édition, de production ou de cession de droit, car on y est souvent amené à...
          • utiliser des photocopies d'ouvrages dans un document,
          • projeter un film comme illustration d'une démonstration,
          • utiliser un fichier à partir d'un réseau Internet,
          • utiliser une œuvre d'origine étrangère,
          • reproduire par écrit un cours oral ou une conférence,
          • réaliser un cours sur cassette, en émission radio ou télé...

J.-Cl. Masclet et son groupe de travail proposent un guide juridique sur ces questions (81 p. 616 ko). Partant de situations tytes d'utilisation ou de production de création, ils rappellent la législation en vigueur. Ils font le point sur les notions de droit d'auteur, droit moral, cession de droits, contrefaçon, domaine public... Ils proposent des exemples de différents types de contrats et quelques adresses utiles sur ces questions.
Dans le Traitement de texte pour la recherche, de Joseph Rézeau, voir les pages 16 à 21 pour "les citations", et les pages 37 à 52 pour "les bibliograpies et les référencements".

-------------------------