Imprimer cette page

MOYEN ÂGE - Théâtre et Satires

Chansons de Geste / Troubadours, Trouvères, Poètes / Romans "bretons", courtois et autres / Littératures religieuse et didactique / Théâtre et Satires / Chroniques et Écrits politiques


Les limites entre genres littéraires au Moyen Âge sont très floues et la littérature médiévale est presqu'exclusivement chantée ou récitée, le théâtre n'étant qu'un cas particulier de cette situation générale. Aussi, le théâtre dans son acceptation moderne a-t-il tardé à naître.
Quant à la littérature satirique et parodique, ainsi que le montre un personnage comme Rutebeuf, elle n'est pas forcément opposée aux valeurs qu'elle plaisante et critique.

---------------


le THÉÂTRE PROFANE

Le théâtre profane du Moyen Âge - pour ce qui nous en est parvenu - reste longtemps dépendant du théâtre religieux dont il ne se distancie que très progressivement. Dans ce théâtre profane primitif, le spectacle commence par la sottie, continue par le monologue dramatique ou sermon joyeux, puis par la moralité (pouvant être remplacée par un court mystère), et se termine par la farce. Par la suite, il y a souvent interférences entre ces différents éléments.

l'IMPORTANCE des AUTEURS ARRAGEOIS
La ville d'Arras, avec ses confréries littéraires, ses nombreux trouvères, nous a laissé un nombre d'œuvres poétiques important. Il en est de même pour le domaine du théâtre profane et religieux avec Jean Bodel, Eustache Marcadé, Adam de La Halle...

Courtois d'Arras
le Garçon et l'Aveugle
• le Jeu du Pèlerin
• Adam de La Halle (v.1240-v.1288) :
-
le Jeu de Robin et Marion
le Jeu de la Feuillée
- le Jeu du Pèlerin

AUTEURS d'AILLEURS

De Pierre de la Broche qui dispute à Fortune devant Reson
le Mystère du Siège d'Orléans (v.1434)
• Jacques Milet, Mystère de la Destruction de Troye la Grant (v.1450) 
• Philippe de MézièresGriseldis (1395)

les SOTTIES
Elles commencent les spectacles du théâtre profane primitif...

• Sottie à dix personnages
• Sottie à neuf personnages
Or sus ! est-il ame qui die (Eugène Deschamps)
Uns homs fut qui me demanda (Eugène Deschamps)
Sottie à neuf personnages
Fragments d'une Sottie à trois personnages
Farce des Galans et du Monde
les Menus Propos
Farce moralisée des Gens nouveaulx
la Folie des Gorriers
les Deux Gallans et Sancté
Sottie de l'Astrologue
Sottie contre Cézar Borgia
• Farce de Folle Bobance
• le Monde et Abus
• Sottie contre Jules II
• les Sotz nouveaulx, farcez, couvez
• Sottie des Croniqueurs
• Fragments d'une Sottie à six personnages
• Sottie des Béguins
• Farce morale de Troys Pelerins et Malice
• Sottie du Monde
• Satyre pour les habitants d'Auxerre
Sottie des Trompeurs
• Moral de Tout le Monde
• les Sobres Sotz
• Farce à cinq personnages : trois brus et deux hermites
la Mère de Ville
• Farce pour rire des Cris de Paris
Farce de la Réformeresse
• les Trois Galans et Phlipot
• Sottie du Roi des Sotz
• Sottie pour le Cry de la Basoche es jours gras 1548
• le Pelerinage de Mariage
• Farce du Pelerin et de la Pelerine
les Trois Galans et un Badin

les FARCES
Elles clôturent les spectacles du théâtre profane primitif...

• la Farce du Pâté et de la Tarte
• la Farce de Maître Pathelin
• la Farce du Cry de la Bazoche
• la Farce de Pates Ouaintes

---------------


FABLIAUX, CONTES et NOUVELLES

Les fabliaux sont des "contes à rire", mais au Moyen Âge ce mot est appliqué aussi à d'autres pièces : fables animales, débats, dits moraux ou satiriques, nouvelles courtoises, voire romans d'aventures. Ci-dessous une sélection de fabliaux dans leurs titres originaux.

de Bérenger au long cul
des Chevaliers, des Clercs et des Vilains
le Fouteor
de l'Herberie
la Housse partie
la Male Honte
la Mule sans frein
le Pet au Vilain
la Pleine bourse de sens
le Prêtre crucifié

Richeut(v.1175)
le Sot Chevalier
les Trois Aveugles de Compiègne
le Vilain ânier
du Vilain qui gagna paradis par plait

Enfin (ou d'abord), les recueils de Fabliaux, Contes... du Moyen Âge qu'en leurs temps, Étienne Barbazan, Pierre Legrand d'Aussy ou Achille Jubinal traduisirent ou simplement transcrivirent :

32 Fabliaux ou Contes
31 Fabliaux ou Contes
31 Fabliaux ou Contes
• 31 Fabliaux ou Contes
57 Fabliaux ou Contes
63 Fabliaux ou Contes
• 63 Fabliaux ou Contes
29 Contes, Dits, Fabliaux
29 Contes, Dits, Fabliaux
29 Contes, Dits, Fabliaux
43 Contes, Dits, Fabliaux

Au XVe siècle à partir du fabliau et sous l'influence de la littérature italienne (cf. Boccace), nait le genre - moins populaire - de "la nouvelle en prose". Ainsi à la cour de Bourgogne...

• les Cent Nouvelles nouvelles (1462) : tome 1, tome 2

---------------


le ROMAN SATIRIQUE et de DÉRISION


• le ROMAN de RENART
, miroir de la comédie des hommes
Le titre de "Roman de Renart" recouvre un vaste cycle constitué d'une pluralité de "branches" (récits en vers) composés à différentes époques (les plus anciennes datant des alentours de 1175) par 27 auteurs plus ou moins doués. D'où la variété du contenu de cette épopée animale. Aux récits enjoués et malicieux destinés avant tout à faire rire, succèdent des textes moralisateurs et satiriques. Tout en gardant leur nature bestiale, les bêtes y parlent et agissent comme des hommes, dans un monde organisé à l'image de la société féodale du temps. La critique des hommes et de la société ne va cependant pas jusqu'à la remise en cause de celle-ci. Égoïstes, avides, peu courageux, traitres à l'occasion, parfois d'une rare bêtise, hypocrites et peu fiables... les personnages y sont explicitement représentés comme appartenant à la noblesse. Renart lui-même est un chevalier, vit dans son château de Maupertuis, et est le premier à se moquer des "vilains" et à vivre à leurs dépens, les ridiculisant, voire n'hésitant pas à les tuer.

- le Roman de Renart (en français moderne et en prose), 372 p.
-
le Roman de Renart (en ancien français et en vers), tome 1, 404 p. tome 2, 423 p. tome 3, 440 p. tome 4, 436 p.

• ASCENDANTS et DESCENDANTS de "RENART"
Le Roman de Renart possède des ascendants en latin dans lesquels les rôles sont joués par des animaux. Parmi ceux-ci, Ysengrimus de Nivard, dont certains épisodes sont repris dans le Roman de Renart. A ceux-ci s'ajoutent probablement des contes et traditions populaires.

- Ysengrimus (Nivard, 1150)

A la fin du XIIIe siècle le personnage de Renart inspire d'autres romans, mais désormais il est le symbole du mal, et est utilisé pour une satire politique et une condamnation des états du monde : Renart devient moraliste.

le Couronnement Renart (v.1265)
-
Renard le Bestourné (Rutebeuf, ap.1261) 
-
Renart le Nouvel (Jacquemart Gielée, v.1288)
Renart le Contrefait (l'Épicier de Troyes, v.1330)    
-
la Fiction du Lion (Eustache Deschamps, av.1406)

Image rotator
le Roman de Renart en 66 illustrations (extraites du Ms. fr. 12584, Bnf)

• le ROMAN de TRUBERT
Ecrit vers 1270 par Douin de Lavesnes, il est parfois rangé parmi les fabliaux en raison de la truculence et la grossièreté de son contenu, mais est considéré comme roman par sa longueur. Trubert, sous des déguisements successifs (charpentier, médecin, chevalier... femme enfin) trompe, maltraite et bat le duc de Bourgogne, devient l'amant de sa femme et de sa fille, puis épouse un roi et se fait remplacer pour la nuit de noce par une suivante qu'il a violée.

- le Roman de Trubert

le ROMAN de FAUVEL
Gervais du Bus ( ? -ap.1338) écrit en 1310/1314 un roman en vers dont le titre vient à la fois de l'acronyme de Flatterie, Avarice, Vilainie, Variété (inconstance), Envie, Lâcheté, et de la couleur fauve de son personnage principal, âne ou cheval monstrueux. Il est composé de deux livres. Dans le premier s'exprime le triomphe du mal, tandis que le second s'achève sur la vanité de cette victoire.
En 1316, le roman est remanié et amplifié par Chaillou de Pestain ( ? -v.1337) qui y développe la critique des conseillers de Philippe IV le Bel.
La composition musicale du Roman de Fauvel est attribuée pour presque un quart à Philippe de Vitry (1291-1361) et pour le reste à des œuvres antérieures.

- le Roman de Fauvel (version de 1314)

• les XV JOYES du MARIAGE
Des "joyes" qui sont en réalité "les plus grands tourments qui soient en terre"...

- les Quinze Joyes de Mariage (v.1400)

---------------